30 octobre 2017

En novembre, occupez-vous du radon!

Au Canada, en novembre, c’est le mois du radon. Ce gaz radioactif, incolore, inodore et insipide est naturellement présent dans l’environnement. Il provient de la désintégration de l’uranium dans le sol, la roche et l’eau.
En novembre, occupez-vous du radon!

 

Lorsque ce gaz est libéré à l’extérieur et dilué à des concentrations faibles, il n’est pas préoccupant. Toutefois, si un immeuble a été construit sur un sol rocheux ou contenant de l’uranium, le radon peut s’infiltrer par diverses ouvertures (fissures dans les murs, les fondations, les planchers, etc.) et s’y accumuler, posant ainsi un risque pour la santé.

Le seul risque connu associé à une exposition au radon est un risque accru de contracter le cancer du poumon. Au Canada, 16 % des cancers des poumons sont attribuables à une exposition au radon.

Le radon est présent dans tous les édifices. La seule façon de connaître sa concentration dans votre maison est de le mesurer. Les détecteurs de radon sont simples à utiliser et peu coûteux. Vous pouvez vous les procurer par téléphone (613 946-6384) ou sur le web à radon@hc-sc.gc.ca. Le test est aussi offert dans certaines quincailleries et centres de rénovation.

Vous pouvez également faire appel à un fournisseur de services de mesure du radon certifié par Santé Canada. Une liste des professionnels canadiens certifiés est disponible au Programme national de compétence sur le radon au Canada.

Le mois de novembre n’a pas été choisi au hasard : Santé Canada recommande une période de test d’au moins trois mois, idéalement en hiver, de manière à mesurer des concentrations de radon plus représentatives.

Source : Santé Canada.

 

À lire aussi :

Votre maison est-elle prête pour affronter l’hiver?

Entretien de la toiture : mieux vaut prévenir que guérir

Assurance habitation : que couvre-t-elle?

Retour haut