Minimaisons : l'engouement atteint le Québec - Centris.ca
14 décembre 2015

Minimaisons : l'engouement atteint le Québec

Minimaisons : l'engouement atteint le Québec

À la question Dans quel genre de maison aimeriez-vous habiter?, la plupart des gens répondront ceci : « Une jolie maison baignée de lumière naturelle et spacieuse. » Par contre, certaines personnes décrivent leur maison idéale ainsi : « Une maison compacte et qui consomme moins d’énergie. »

Né aux États-Unis au début des années 2000, le phénomène des minimaisons, aussi appelées micromaisons, a maintenant gagné le Québec alors que des acheteurs se laissent séduire par ces habitations de petits formats. On retrouve même un festival annuel des minimaisons à Lantier, la municipalité des Laurentides qui a été la première dans la province à autoriser un projet de développement résidentiel dédié à ce genre d’habitation.

À quoi ressemble une minimaison? Ces propriétés offrent une superficie habitable oscillant généralement entre 100 et 400 pieds carrés. Elles peuvent être construites dans des conteneurs recyclés, sur une remorque, usinées ou encore bâties à partir de matériaux recyclés.

Malgré la petitesse des lieux, la plupart des maisons possèdent un habitacle fonctionnel avec une cuisine, une salle de bain, un salon, un coin repas et une chambre à la mezzanine. Évidemment, l’espace doit être aménagé avec soin et ingéniosité!

L’intérêt pour les minimaisons s’appuie d’abord et avant tout sur des considérations économiques. Ces petites demeures coûtent évidemment moins chères à construire, mais elles entraînent aussi des économies importantes en termes de chauffage, d’entretien, de mobilier, etc. On apprécie aussi le fait qu’elles sont plus écologiques.

Seule ombre au tableau : le nombre de municipalités permettant la construction de minimaisons est encore restreint au Québec. Il est donc important de vérifier la règlementation municipale avant d’aller trop loin dans vos démarches.

Chose certaine, les propriétaires de minimaisons font le choix de simplifier leur style de vie et de dire adieu à la plupart de leurs biens matériels. Les économies engendrées permettent alors de travailler moins d’heures ou d’avoir davantage d’argent pour s’adonner à des passions comme les voyages.

Tomberez-vous sous le charme des minimaisons?

Retour haut