Peinture : l’ultime guide d’achat - Centris.ca
1 février 2016

Peinture : l’ultime guide d’achat

Fini mat, lustré, semi-lustré, apprêt... Tout ce qu’il faut savoir pour transformer une pièce en quelques coups de pinceau.

1. Le type de pièce

Le type de pièce à repeindre sera déterminant dans le choix de la peinture. Une pièce ensoleillée nécessitera une peinture résistante à la décoloration, tandis qu’une salle de bain, très humide, exigera une peinture offrant une protection contre la moisissure. Pour les endroits passants, comme les couloirs et la cuisine, une peinture qui se nettoie bien est primordiale.

2. Le type de fini

Le choix du fini de la peinture est souvent esthétique plutôt que pratique, mais il peut faire la différence entre un nettoyage facile... ou pas. Règle générale, plus le fini est lustré, plus il est facile à nettoyer.

Un fini velouté est une bonne option pour une pièce comme la cuisine et la chambre d’enfants, car il se nettoie facilement avec un chiffon sans laisser de traces. Parfait si le petit a créé une « œuvre » sur le mur ou si la sauce à spaghetti a explosé jusqu’au plafond!

Le fini mat est idéal pour camoufler un mur avec quelques défauts, mais il est difficile à nettoyer. Mieux vaut donc réserver ce type de fini à une pièce peu passante, comme un bureau. Les finis semi-lustré et perle conviennent mieux en touches parcimonieuses, comme pour les cadres de fenêtre et de porte. Attention toutefois, car les coups de rouleau deviennent très visibles avec une peinture lustrée!

3. Le pouvoir « couvrant »

La qualité d’une marque de peinture se mesure habituellement à son pouvoir « couvrant », c’est-à-dire le nombre de couches de peinture requises pour recouvrir une surface adéquatement. Les marques de meilleure qualité nécessitent généralement deux couches de peinture, le minimum pour n’importe quelle pièce. Certaines marques bas de gamme peuvent toutefois nécessiter plus que cela. Utiliser un apprêt facilite toujours l’application de la peinture de couleur, car il uniformise la surface à peindre et la prépare à recevoir la couche de finition. Il est particulièrement utile pour recouvrir des couleurs sombres ou très vives.

4. Huile ou latex

La peinture au latex est devenue beaucoup plus courante de nos jours. Attention toutefois de ne pas mélanger peinture au latex et à l’huile. Pour s’en assurer, on peut tremper un linge dans de l’alcool à friction et frotter légèrement le mur. Si la peinture s’enlève, il s’agit de latex. Il existe des peintures spécialement conçues pour effectuer la transition entre les deux types, sans gâchis.

5. La couleur

Le choix de la couleur n’est pas anodin : son ton change dramatiquement l’ambiance d’une pièce. Il est toujours plus prudent de comparer les palettes de couleur en les testant à la maison, dans la pièce à peindre, ainsi qu’en les comparants avec la décoration prévue. Cela permet d’éviter les mauvaises surprises une fois la pièce aménagée.

Les couleurs rougeâtres sont également beaucoup plus difficiles d’application : elles peuvent nécessiter jusqu’à cinq couches de peinture, en plus d’un apprêt. De plus, le choix des blancs est particulièrement délicat : mieux vaut demander conseil pour vous assurer que l’effet sera celui recherché!

Retour haut