2 mars 2017

Bilan 2016 : Quels secteurs se sont le plus démarqués?

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) a récemment publié un texte dans Fenêtre sur le marché dans lequel elle dresse le palmarès des secteurs qui se sont distingués en 2016 sur le marché résidentiel québécois. Voici quelques faits saillants en lien avec les secteurs les plus chers et les plus abordables ainsi que ceux ayant enregistré les délais de vente moyens les plus courts de la province.

Bilan provincial

Pour l’ensemble de la province, le nombre de transactions résidentielles conclues par l’entremise du système Centris® des courtiers immobiliers a augmenté de 5 % en 2016, pour atteindre 78 195 ventes. Il s’agit d’une deuxième hausse annuelle consécutive à ce chapitre, après une croissance de 5 % également en 2015. Les prix médians des unifamiliales (234 500 $) et des copropriétés (222 500 $) à l’échelle du Québec ont pour leur part augmenté de façon modérée, soit de 2 % et de 1 %, respectivement. Le prix médian des petits immeubles à revenu de 2 à 5 logements a quant à lui crû de 3 % par rapport à 2015, pour s’établir à 370 000 $. Pour ce qui est des délais de vente, le délai moyen pour vendre une propriété, toutes catégories confondues, dans l’ensemble de la province, a atteint 121 jours en 2016. Toutefois, notons que le délai de vente moyen était considérablement plus court dans les régions métropolitaines (108 jours) comparativement à ailleurs en province (153 jours).

Palmarès des secteurs les plus chers en 2016

Palmarès des secteurs les plus chers en 2016

Palmarès des secteurs les plus abordables en 2016

Palmarès des secteurs les plus abordables en 2016

Palmarès des transactions les plus chères en 2016

Palmarès des transactions les plus chères en 2016

Délais de vente les plus courts en 2016

Délais de vente les plus courts en 2016

En ce qui a trait aux secteurs les plus chers, sans surprise, c’est la région administrative de Montréal qui s’est démarquée, tandis qu’à l’inverse, Lanaudière est ressortie du lot des municipalités les plus abordables. Par ailleurs, les délais de vente les plus courts ont été enregistrés à Montréal et en Montérégie. Finalement, de façon générale, la région administrative de Montréal présentait les conditions du marché les plus serrées de la province pour l’unifamiliale.

Consultez le texte intégral du Mot de l’économiste de la Fédération des chambres immobilières du Québec pour tous les détails.

Retour haut