3 juillet 2017

Les ventes de propriétés de luxe en forte hausse

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) a récemment publié un texte dans Fenêtre sur le marché dans lequel elle dresse le portrait du marché immobilier dans les gammes de prix supérieures.
Les ventes de propriétés de luxe en forte hausse

 

Selon la FCIQ, le marché immobilier résidentiel québécois dans son ensemble surprend par sa vigueur depuis l’automne dernier, dans un contexte où les resserrements hypothécaires instaurés en octobre étaient de nature à ralentir encore une fois les ardeurs des premiers acheteurs. Or, l’activité des ménages qui n’en sont pas à leur premier achat de propriété a clairement plus que compensé.

Les ventes de maisons unifamiliales à 500 000 $ et plus progressent à bon rythme

Le système Centris® des courtiers immobiliers dénombre 4 429 ventes de maisons unifamiliales conclues à 500 000 $ ou plus au Québec, sur la période de 12 mois allant de juin 2016 à mai 2017. Il s’agit d’une progression de 20 % par rapport à la période équivalente un an plus tôt. On note des augmentations soutenues des ventes dans cette gamme de prix, notamment dans les régions de Gatineau (+40 %), de Sherbrooke (+26 %) et de Montréal (+22 %).

De plus, les secteurs où l’on retrouve une part importante de propriétés de villégiature tirent bien leur épingle du jeu à ce chapitre. Les ventes d’unifamiliales à 500 000 $ ou plus sont en hausse dans les agglomérations de Saint-Sauveur (+16 %), Mont-Tremblant (+58 %), Granby (+65 %), Sainte-Adèle (+94 %), Magog (24 par rapport à 17) et Sainte-Agathe-des-Monts (24 par rapport à 21). L’activité dans cette gamme de prix est en hausse partout dans la province depuis un an, à l’exception de la région de Québec, où les ventes ont plutôt fléchi de 18 %.

Une maison sur douze vendue à plus de 500 000 $ au Québec

Pour l’ensemble de la province, les ventes à 500 000 $ ou plus ont représenté 8 % des transactions de maisons unifamiliales au cours des 12 derniers mois, ce qui correspond à environ une maison sur douze. Cette proportion est bien sûr beaucoup plus élevée dans la région de Montréal, où elle atteint 15 %, soit environ une maison sur sept.

Proportion de ventes d’unifamiliales à plus de 500 000 $ et à plus de 1 000 000 $ - Juin 2016 à mai 2017

Proportion de ventes d’unifamiliales à plus de 500 000 $ et à plus de 1 000 000 $ Juin 2016 à mai 2017

Les ventes de maisons unifamiliales à 1 000 000 $ et plus gagnent aussi du terrain

Ce segment a enregistré 768 transactions, ce qui ne représente que 1,4 % des ventes d’unifamiliales de la province réalisées de juin 2016 à mai 2017. Il n’en demeure pas moins que ce segment a enregistré une forte croissance de 26 %. Cette croissance n’est pas uniquement attribuable à l’île de Montréal (560 ventes, +24 %). La FCIQ souligne, entre autres, des hausses marquées de l’activité sur la Rive-Sud de Montréal (58 ventes, +61 %), à Mont-Tremblant (21 par rapport à 13) et dans le reste de la province (56 ventes, +60 %).

Consultez le texte intégral du Mot de l’économiste de la FCIQ pour tous les détails.

 

À lire aussi :

Prix de reventes des copropriétés : parlons pied carré

Louer son condo : ce que vous devez savoir

Un courtier immobilier : aussi pour la location

Retour haut