26 janvier 2017

Marché résidentiel en 2017 : sous le signe de la stabilité des prix

Dans le cadre de la 6e édition de sa conférence annuelle Fenêtre sur le marché, la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) a dévoilé ses perspectives 2017 pour le marché immobilier résidentiel au Québec. Le nombre de ventes réalisées par l’intermédiaire du système Centris® des courtiers immobiliers dans l’ensemble de la province diminuera à 72 500 transactions, soit une baisse de 7 % par rapport à 2016.
Marché résidentiel en 2017 : sous le signe de la stabilité des prix

 

« Les nouvelles règles hypothécaires annoncées par le ministre fédéral des Finances à l’automne 2016, dont l’instauration d’un test de simulation de crise des taux d’intérêt pour les prêts hypothécaires à faible ratio prêt-valeur [mise de fonds inférieure à 20 %], auront un impact direct sur le nombre de premiers acheteurs au Québec », explique Paul Cardinal, directeur – Analyse du marché, de la FCIQ.

Heureusement, un des facteurs fondamentaux les plus importants, l’emploi, a montré des résultats remarquables au cours des derniers mois. Il se serait créé 53 000 emplois à temps plein l’an dernier au Québec, principalement chez les 25-44 ans. Cela va soutenir la demande de propriétés.

Par ailleurs, la FCIQ entrevoit une stabilité au chapitre des prix. Le prix médian d’une maison unifamiliale au Québec, qui a affiché de légères hausses au cours des quatre dernières années, devrait se maintenir à 234 500 $ en 2017, une bonne nouvelle pour les acheteurs.

Bien que l’année 2017 s’annonce plus timide par rapport à 2016 concernant la hausse des prix de vente, la situation pourrait toutefois être favorable à certains vendeurs, particulièrement dans la grande région de Montréal, là où les propriétés de plusieurs secteurs sont toujours très convoitées et que l’offre se fait rare.

Marché résidentiel en 2017 - Tableau - Prévisions 2017


Lire aussi :

Perspectives du marché immobilier résidentiel

Nouvelles règles hypothécaires : les impacts au Québec

Le transport en commun et la valeur des propriétés

Retour haut