18 mars 2021

Purifier l’air de la maison

Une maison abrite plus que ses habitants. Les polluants qu’on y retrouve sont nombreux et affectent, avec le concours d’un taux d’humidité élevé, notre santé et notre confort. Voici une liste des principaux contaminants, mais surtout quelques options de ventilation pour épurer l’air de notre demeure de façon responsable.

La fumée de tabac, bien évidemment, occupe le premier rang des polluants nocifs. Heureusement, il est de plus en plus courant que les fumeurs sortent à l’extérieur pour fumer. Le radon, ce gaz inodore et incolore, s’avère dangereux pour la santé à des niveaux élevés et peut se retrouver partout sans qu’il soit détecté. Vous pouvez vous procurer un détecteur de radon pour 45 $ à l’Association pulmonaire du Québec : https://poumonquebec.ca/produit/dosimetre/. Le CO ou monoxyde de carbone émane quant à lui de différents appareils comme les chaudières, foyers, chauffe-eaux au gaz ou au mazout. Les moisissures, on le sait, peuvent provoquer des ennuis respiratoires. Les poussières amènent les acariens. Les composés organiques volatils (COV), les détergents et nettoyants de toute sorte, la peinture, la teinture des tissus peuvent aussi causer des nausées et affecter le système respiratoire. 

En fait, une maison qui n’est pas bien ventilée renforce la nocivité de la pollution qui s’y trouve naturellement. Un système de ventilation adéquat peut éviter bien des maux de tête, des malaises et les désagréments causés par les allergies.

Les meilleures façons d’assainir l’air intérieur...

Dans les plus vieilles maisons (constructions datant de 1960 et avant), ouvrir les fenêtres régulièrement peut s’avérer suffisant. Les hottes de cuisine et les ventilateurs de salle de bain arrivent à extraire les polluants et l’humidité, mais pas toujours de façon satisfaisante.

Un système de ventilation s’avère une nécessité pour presque toutes les maisons. Le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec rappelle que « pour qu’il convienne bien aux conditions particulières et aux besoins de chaque maison, il devrait être conçu par un professionnel compétent en la matière à partir des exigences du Code de construction du Québec ».

(Source : https://transitionenergetique.gouv.qc.ca/residentiel/conseils-pratiques/ventilation.)

La solution optimale de ventilation pour le climat du Québec consiste à installer un ventilateur récupérateur de chaleur (VRC). Ce système favorise une facture énergétique équilibrée, et il est désormais obligatoire dans les nouvelles constructions au Québec. Son potentiel de récupération de la chaleur jumelé à des coûts moindres de chauffage compte certainement parmi ses avantages. Le laisser fonctionner en continu augmente son efficacité et favorise une meilleure qualité de l’air.

Le saviez-vous? Le programme Rénoclimat offre une aide financière pour l’installation ou le remplacement d’un ventilateur récupérateur de chaleur (VRC) ou d’énergie (VRE) :

https://transitionenergetique.gouv.qc.ca/residentiel/programmes/renoclimat/aide-financiere/installer-systemes-mecaniques.

Les compléments et autres moyens

  • Limiter les parfums d’ambiance synthétiques et préférer les huiles essentielles naturelles.
  • Employer des produits ménagers sains.
  • Agrémenter la maison de plantes peut contribuer à un environnement plus sain.
  • Rechercher et utiliser des matériaux sans COV ni urée formaldéhyde.
  • Renouveler l’air de la maison régulièrement.
  • Installer une hotte de cuisinière et un ventilateur de salle de bain.

À bien y penser...

À moins de travailler à l’air frais toute la journée, la plupart d’entre nous passent environ 75 % de son temps à l’intérieur (maison, bureau, etc.). Sachant cela, l’importance de bien aérer chacune des pièces de notre habitation devient indéniable. En fait, c’est simplement le gros bon sens!


À lire aussi :

Nettoyer sans produits chimiques

Jardiner avec des produits naturels maison

Entretien écoresponsable de sa maison


Retour haut