4 octobre 2021

Acheter un chalet : du rêve à la réalité

Derrière chaque vente immobilière se cache une histoire. Celle de Véronique et de Thierry, nouvellement propriétaires d’une résidence secondaire au cœur des Laurentides, nous démontre à quel point l’accompagnement professionnel peut jouer un rôle clé dans la réalisation d’un rêve.  

 

De résidence secondaire aujourd’hui... à résidence principale demain

Véronique et Thierry ont toujours rêvé de posséder une résidence secondaire à la campagne. Avant d’entreprendre les démarches, ils ont longuement réfléchi à leurs besoins. Parent de jeunes enfants, le couple souhaitait d’abord trouver un endroit tranquille pour faire le plein de nature en famille. « On cherchait aussi une propriété qui avait le potentiel de devenir notre résidence principale après la retraite », raconte la jeune mère.

Ensemble, ils ont établi une liste de critères très précis pour aiguiller leur recherche. « Le chalet devait être situé à distance raisonnable de notre résidence principale, à moins d’une demi-heure d’un hôpital, car notre plus grand souffre d’allergies, et à proximité des montagnes de ski. On souhaitait disposer d’un minimum de deux chambres, avec la possibilité d’en ajouter une troisième », explique la jeune mère de famille.

Avec ou sans courtier?

Dans un premier temps, le couple a tenté de trouver la propriété de ses rêves sans l’aide d’un courtier immobilier. Un exercice qui s’est finalement avéré peu concluant. « Chaque fois qu’on faisait des appels, on se faisait dire : il n’y a pas de places pour les visites, ou encore, c’est déjà vendu », se souvient Thierry. C’est alors qu’une connaissance les a référés à Lyne, une courtière immobilière d’expérience membre de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) et travaillant dans la région de Lanaudière. « Lyne a été très proactive dès le début. On voyait qu’elle était à son affaire, alors ça nous a tout de suite mis en confiance », poursuit-il. Autre avantage non-négligeable : la courtière connaissait très bien ce coin des Laurentides.

Citation en exergue

« On a apprécié la vision rationnelle de notre courtière. Le meilleur conseil qu’elle nous a donné, c’est d’être patients et d’accepter que le processus de recherche puisse être long. Elle nous a dit qu’il valait mieux de faire un compromis sur le temps, plutôt que sur l’un de nos critères. » Véronique

Trouvée!

Leur choix s’est finalement arrêté sur une propriété située en montagne, dans la belle municipalité de Sainte-Adèle. Sise sur un grand terrain boisé de 43 560 pieds carrés, la maison de cinq chambres à coucher répondait amplement à tous les critères du couple. Il ne restait plus qu’à faire accepter la promesse d’achat. Comme le vendeur avait deux offres sur la table, Lyne a conseillé à ses clients de rédiger une lettre de présentation pour faire valoir leur vision et leurs motivations. « Sincèrement, on n’y croyait pas trop, mais une chance qu’on s’est prêtés au jeu, puisque le vendeur a été charmé par notre projet. C’est ce qui a pesé dans la balance », se réjouit Véronique.

Quelques embûches

Une fois la promesse d’achat acceptée, Véronique et Thierry disposaient d’une période de 14 jours pour obtenir le financement auprès d’une institution financière et pour procéder aux différentes inspections. Seul hic, nous étions en pleine période du temps des Fêtes… et au beau milieu d’une pandémie! Forte de son expérience acquise sur le terrain, Lyne a aidé le couple à naviguer dans la complexité des délais et du processus d’achat. N’eût été l’aide précieuse de la courtière immobilière, Véronique et Thierry soutiennent qu’ils auraient assurément perdu la maison.

« Si notre courtière n’avait pas été là, on aurait perdu la maison. » Véronique

Il était presque minuit moins une lorsque Véronique et Thierry ont reçu l’approbation de la banque. Six mois plus tard, en se remémorant le fil de toute cette histoire, leur constat est sans équivoque : la sage décision d’avoir fait équipe avec une courtière immobilière les a visiblement bien servis.


À lire aussi:

Retour haut