21 octobre 2022

Baromètre du marché résidentiel du 3e trimestre de 2022

Selon l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), « Les premiers impacts de la forte hausse des taux d’intérêt poussent vers un refroidissement rapide du marché au 3e trimestre 2022 ».


Ventes

18 141 ventes résidentielles ont été conclues au 3e trimestre 2022 ce qui représente une chute de 18 % par rapport à la même période l’an dernier.

 Si le deuxième trimestre a été charnière dans l’évolution du marché québécois, avec l’atteinte d’un sommet historique des prix médians pour chacune des catégories de propriétés, le troisième trimestre est celui qui vient confirmer un changement rapide de direction, bien que de façon plus modérée que dans plusieurs autres provinces canadiennes. Les fortes hausses consécutives du taux d’intérêt directeur enregistrées de mars à septembre, d’une ampleur comparable à celles qui ont été observées au début des années 90, ont arrêté la dynamique frénétique du premier trimestre, encore palpable au deuxième trimestre.

Au niveau des régions métropolitaines, l’activité transactionnelle a enregistré une différenciation relativement importante au troisième trimestre 2022. La RMR de Montréal a connu une chute des ventes de –23 %, suivie de la RMR de Gatineau à -19 %. Les RMR de Sherbrooke de Québec ont connu des reculs moins importants, à -14 % et 9 % respectivement. Les RMR de Trois-Rivières et de Saguenay ont connu une certaine stabilité (0 % et 1 % respectivement), entre autres parce que leur niveau d’activité avait connu une activité moins substantielle que les autres RMR au troisième trimestre 2021.

Contrairement aux premier et deuxième trimestres 2022, les ventes à l’extérieur des régions métropolitaines québécoises ont connu un recul moins important que la moyenne provinciale au troisième trimestre 2022. Un total de 3503 transactions ont eu lieu dans ces secteurs pendant le trimestre, une baisse de 14 % comparée au troisième trimestre 2021. Les différentes catégories de propriété ont connu des reculs dont l’amplitude a été très inégale, les plex ayant connu une chute importante (-38 %) alors que les copropriétés (-1 %) ont enregistré une relative stabilité comparée au recul des unifamiliales (-13 %).

Dans un contexte de ralentissement généralisé, seules deux localités ont enregistré une augmentation des ventes résidentielles, les ventes à Mont-Laurier ont bondi de 21 % pendant la période, tandis quelles ont grimpé de 5 % à Sept-Îles. Les marchés de Thetford Mines et de Joliette (-3 %) ont maintenu, ou presque, leur niveau dactivité du troisième trimestre 2021, malgré le contexte provincial de moins en moins favorable.

Des localités se sont aussi démarquées par l’intensité du recul des ventes dans leur marché résidentiel. Mont-Tremblant a connu un recul de –40 % au troisième trimestre, suivi par Rivière-du-Loup (-31 %), Charlevoix (-31 %) et Cowansville (-30 %).

Inscriptions en vigueur

Les inscriptions en vigueur se sont établies à 29 166 au troisième trimestre 2022, un bond de 19 % par rapport au troisième trimestre 2021 et la première hausse, tous trimestres confondus depuis 2015. Les inscriptions d’unifamiliales demeurent les plus nombreuses (16 925), avec un bond de 26 %. Les copropriétés et les plex, ont aussi vu passer l’évolution de leurs inscriptions en territoire positif pour la première fois depuis 2015 avec une hausse respective de 12 % et de 6 % pour un total de 7 497 et 4 398 propriétés en vente sur le marché au troisième trimestre 2022.

Prix

À l’échelle provinciale, le prix médian des unifamiliales s’est établi à 400 000 $ au 3e trimestre, soit une hausse de 10 % par rapport à 2021. Les prix médians sont aussi en croissance pour la copropriété (359 000 $, +7 %) et les petits plex (498 000 $, +11 %).

Conditions du marché et délais de vente

Malgré le ralentissement en cours, le nombre de mois nécessaires pour écouler l’inventaire de propriétés résidentielles sur le marché se situe encore à un niveau qui favorise clairement les vendeurs dans la province. La forte baisse de l’activité transactionnelle s’est traduite par une hausse des inscriptions en vigueur qui n’avait pas été enregistrée depuis 2015 et dont l’amplitude n’avait pas été observée depuis 2014 à la même période de l’année. De fait, le nombre de mois de vente disponible sur le marché repasse au-dessus de la barre du 3 dans le marché provincial.

Signe des tensions toujours présentes dans le marché de l’unifamiliale au Québec, le délai de vente moyen en jours a chuté à 38 au troisième trimestre 2022, 7 jours de moins que le creux atteint en 2021, qui sest établi à 45 pour cette période.

Pour des statistiques plus détaillées sur chacune des régions du Québec, consultez le Baromètre APCIQ et visitez https://apciq.ca/marche-immobilier/


À lire aussi:

Retour haut