1 octobre 2021

Les enjeux de la surchauffe immobilière au Québec

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) a récemment publié une étude importante sur la surchauffe immobilière qu’a connue la province dans le contexte de la pandémie.

Ce document, qui contient notamment une analyse économique approfondie des causes de l’effervescence du marché immobilier, a été soumis au ministre des Finances du Québec dans le contexte de la consultation publique initiée par celui-ci. Cliquez ici pour lire le mémoire dans son entièreté.

Les courtiers immobiliers mis hors de cause

Alors que le marché immobilier québécois récupère lentement d’une période de surchauffe sans précédent, certains ont remis en question le travail des courtiers et se sont demandé si leurs activités contribuaient à la hausse rapide des prix des propriétés.

Dans le mémoire détaillé de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec, le phénomène de surchauffe s’explique par les conditions du marché, notamment un manque criant de propriétés à vendre (40 000 unités manquantes), et non par le travail des courtiers immobiliers.

D’ailleurs, cette rareté d’inventaire, qui se dessinait déjà avant la pandémie, ainsi qu’une dizaine d’autres facteurs ont contribué à créer une tempête parfaite qui a mené à une hausse rapide des prix.

La surchauffe immobilière : conséquences et solutions

Les premiers acheteurs sont les principales victimes des conditions de marché actuelles. L’inventaire diminue, les prix explosent, les surenchères s’intensifient, rendant leur rêve de devenir propriétaire de plus en plus incertain. Plusieurs doivent même se résigner à abandonner leur projet.

Pour redonner espoir aux premiers acheteurs d’accéder à la propriété, il faut d’abord faire en sorte que le marché retrouve un juste équilibre. Et tous les spécialistes s’entendent sur ce point, l’équilibre du marché passe par une augmentation significative de l’offre de propriétés rendues disponibles aux acheteurs.

Pour pallier les enjeux d’abordabilité, cela réside dans la mise en place de programmes et d’incitatifs qui favoriseront la construction de nouveaux logements permettant d’augmenter l’offre sur le marché et contrer la hausse des prix.

Source :



Denis Joanis
Président et chef de la direction
Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ)


Retour haut